Des oiseaux marins à la plage.

Noddi à bec grêle
De nombreuses observations de noddi à bec grêle m’ont été rapportées juste avant et juste après le cyclone Dumile.
Je prends mon appareil photo et direction … la plage.
Noddi à bec grêle
En effet, à l’Hermitage, je fais mes premières rencontres avec un noddi qui longe le bord de mer et s’affaire à pêcher des petits poissons. Après quelques aller/retour, c’est l’heure du repos sur le sable chaud de fin d’après-midi.
Mais l’activité humaine est encore intense en cette période estivale et le dérangement par les bipèdes est incessant, donc revoici notre oiseau marin qui part à nouveau en chasse.
La plage est décidément trop fréquentée, notre individu se décide à mettre le cap un peu plus loin au milieu du lagon où il alterne rase-motte et plongeon.
Noddi à bec grêle

Noddi à bec grêle
C’est le moment pour moi de changer de lieu et de prospecter vers le petit boucan.

Beaucoup moins de monde de ce côté-ci et l’œilleton collé à l’œil, je scrute l’étendu de sable. Oui, il y en a 2 qui ont le même ballet de va-et-vient. Je m’approche aisément à 2 mètres de l’un d’entre eux, histoire de lui tirer un beau portrait. Puis je m’amuse à suivre le jeu des oiseaux qui glissent entre les vagues et sautent au dessus des gerbes d’eau, le tout dans une lumière flamboyante de coucher de soleil.
Noddi à bec grêle

Noddi à bec grêle
Tellement beau que c’est décidé, je reviens demain !

Me voici donc le lendemain au même endroit, appareil au point. Mais cette fois-ci, point de
mouvement au dessus de l’eau. L’attitude d’un plagiste qui rampe habillé sur le sable m’interpelle. Je m’approche et vois devant lui à 50cm de son visage un noddi immobile. Il lui caresse la tête et l’oiseau ne bouge pas. Il se tient debout chancelant, les yeux à peine ouverts.
Un coup de fil au centre de soin de la SEOR et le pronostique tombe : il faut ramener l’oiseau. Malgré toutes mes bonnes intentions, pendant le trajet, le noddi a rendu son dernier souffle. Désemparé, j’appelle à nouveau la SEOR pour annoncer la mauvaise nouvelle et j’apprends que « mon noddi » n’est pas seul dans ce cas. En ce moment, on en ramasse beaucoup et l’espèce est plutôt fragile…

Pour ne pas rester sur l’image de ce petit être sans vie, je me plonge dans mes photos de la veille pleines de vie, de mouvements et de soleil que je partage avec vous.

Noddi à bec grêle

Noddi à bec grêle

Noddi à bec grêle

Share

2 commentaires :

  1. Superbes photos et très bel article!!

  2. tres jolie photos ,on en trouver qui volai a l anse des cascades sur ste rose .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.