Le papangue, le seul rapace nicheur de l’île

femelle papangue (busard de maillard)
femelle papangue (busard de maillard)

Le Busard de Maillard (Circus maillardi) est endémique de La Réunion. On le nomme ici Papangue.

Les adultes ressemblent un peu au busard Saint-Martin mais pour le papangue mâle il faut remplacer le
gris par du noir et du blanc. Le juvénile est marron chocolat avec la nuque blanche. Il aura l’oeil jaune à
l’âge adulte. Le rapace pèse entre 600 et 950g pour une envergure comprise entre 110 et 150 cm.

juvénile, femelle et mâle busard de maillard
juvénile, femelle et mâle busard de maillard


C’est le seul rapace se reproduisant sur l’île.

Et il est présent quasiment sur tout le département, en
dessous de 2 200 m. Son territoire est plus ou moins grand selon les individus. Dans l’Est de l’île, un
secteur est particulièrement adapté et accueille plusieurs couples. C’est une mosaïque de milieux avec des
zones denses et boisées ainsi que des champs de cannes pour la recherche de nourriture.

papangue mâle en chasse dans l'Est au dessus des cannes à sucre
papangue mâle en chasse dans l’Est au dessus des cannes à sucre

Le papangue niche au sol dans des endroits peu accessibles ou au milieu de végétation haute.
Une scène toujours impressionnante est le « passage de proie » dans les airs. Lorsque le mâle revient de la chasse, il survole le nid et lance un appel. La femelle décolle et vient le rejoindre. Dès qu’elle arrive juste
en dessous, elle se met sur le dos, pattes vers le ciel pour attraper la proie que le mâle lâche juste avant.
Elle retourne au nid pour nourrir les petits tandis que le mâle repart en quête d’une autre prise.

Passage de proie (un rat) du mâle à la femelle busard de Maillard
Passage de proie (un rat) du mâle à la femelle busard de Maillard

Au sommet de la chaîne alimentaire à La Réunion

Le Busard de Maillard se nourrit de petits oiseaux, de reptiles, de tangues (Tenrec ecaudatus),
occasionnellement de charognes mais surtout de micro-mamifères. Malheureusement, dans les zones de
culture, où il trouve des rats, les agriculteurs se protègent des maladies transmises par le rongeur en
dispersant du raticide. Lorsque le papangue mange un rat empoisonné, il est alors intoxiqué à son tour :
c’est ce que l’on appelle empoisonnement secondaire.
Une étude de la SEOR démontre que 6 papangues sur 10 ont des molécules de raticides dans le sang.

Juvénile, femelle et papangue mâle en vol
Juvénile, femelle et papangue mâle

On estime la population du Busard de Maillard à seulement 200 couples et malheureusement, il est classé
en danger d’extinction.

On dit souvent LE papangue mais dans les écrits anciens et certains dictionnaires créole, on lit LA papangue.

Jean-Claude Legros me signale ceci : dans leur « Dictionnaire illustré de La Réunion », René Robert et Christian Barat définissent bien le mot « papangue » comme un « nom féminin ». Jean Albany dit « la papangue ». Les R. P. Abinal et Malzac, dans leur « Dictionnaire Malgache-Français » disent « une papangue ».

Papangue mâle facilement identifiable : blanc et noir
Mâle adulte facilement identifiable : blanc et noir

A La Réunion, on peut observer 2 autres rapaces en été : le faucon d’Eléonore et le faucon concolore.

Fiche technique :

Busard de maillard, papangue (Circus maillardi)
Taille : 50 cm
Envergure : 110-150 cm
Poids : 700-950 g
Statut : En danger critique d’extinction
Endémique de La Réunion, protégé

—————————————————————————-

Agir !

Si vous avez trouvé un papangue en difficulté, contactez la SEOR.
Les photos de papangue dans ma galerie

Si vous avez trouvé un oisillon, mettez-le en hauteur à l’abri des chats et ses parents viendront le nourrir.
Vous avez trouvé un pétrel ou un autre oiseau marin, mettez-le dans un carton aéré sans le nourrir et téléphonez à la SEOR : 0262.20.46.65

Découvrez les oiseaux de La Réunion en vidéo

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.